Canada-wide flat shipping $9.99  |  Free shipping for orders over $100

Voici le deuxième article de ma série sur la nutrition. Si vous avez manqué le premier sur la vitamine E, le voici.

En tant que cavaliers, nous voulons ce qu’il y a de mieux pour nos chevaux et pour cela, il faut comprendre la nutrition. En tant que propriétaire de chevaux et d’une écurie, j’ai toujours creusé plus en profondeur les recommandations des experts équins.

Cette semaine, j’ai lu ces deux articles et j’ai résumé leurs notes et recommandations ci-dessous pour vous :

Notes clés sur le sélénium chez les équidés

  • Le sélénium, un nutriment essentiel que les chevaux tirent du pâturage, est un antioxydant. Il est également utilisé pour la fonction thyroïdienne, la fonction musculaire et le système immunitaire. Il peut également contribuer à prévenir certaines formes de cancer.
  • Le sol en Amérique du Nord est pauvre en sélénium, les pâturages sont donc tout aussi pauvres.
  • Les chevaux qui travaillent dur, comme les montures d’endurance, peuvent avoir besoin de sélénium supplémentaire.
  • Le sélénium et la vitamine E vont de pair : les carences en vitamine E ou en sélénium peuvent être compensées si l’autre est abondante.
  • Le sélénium supplémenté a un bon taux d’absorption par rapport aux autres.
  • Un total de 3 mg de sélénium par jour suffit pour la plupart des chevaux
  • La carence en sélénium peut être difficile à identifier si le cheval reçoit suffisamment de vitamine E. Les premiers signes sont une intolérance au travail, un piètre poil et l’apparition précoce de problèmes liés au vieillissement.

Quoi faire

Évaluer l’alimentation actuelle— Voir la teneur en sélénium de votre foin et d’autres aliments et céréales, si elle est de 3 mg, parfait !

Si une carence en sélénium est suspectée– contactez votre vétérinaire pour faire un test sanguin. Sur les conseils de votre vétérinaire, ajoutez un supplément de sélénium au régime alimentaire de votre cheval. Attention – Travaillez avec votre vétérinaire pour calculer la quantité de sélénium qui se trouve actuellement dans l’alimentation du cheval, le pâturage et moulée), puis compléter. Trop de sélénium et la toxicité du sélénium peuvent se produire rapidement et peut être fatal.

Conclusion

Le sélénium est un nutriment essentiel pour les chevaux en Amérique du Nord, il doit donc être complété et en cas de carence, consultez votre vétérinaire.

Vous en voulez encore ? Voici le prochain billet de la série sur la Nutrition équine : La biotine.

Vous avez aimé ce billet? Partagez-le!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.